03 mars 2009

...

Il y a eu un courant d'air froid et des larmes sont venus se glacer au coin des yeux ...

bashung_ouest_france

Un jour je t'aimerai moins
Jusqu'au jour où je ne t'aimerai plus
Un jour je sourirai moins
Jusqu'au jour où je ne sourirai plus
Un jour je parlerai moins
Jusqu'au jour où je ne parlerai plus
Un jour je cou rirai moins
Jusqu'au jour où je ne cou rirai plus

Hier on se regardait à peine
C'est à peine si l'on se penchait
Aujourd'hui nos regards sont suspendus
Nous résidents de la république
Où le rose a des reflets de bleu
Résidents, résidents de la république
Des atomes, fais ce que tu veux

Un jour je te parlerai moins
Peut-être le jour où tu ne me parleras plus
Un jour je voguerai moins
Peut-être le jour où la terre s'entrouvrira

Hier on se regardait à peine
C'est à peine si l'on se penchait
Aujourd'hui nos regards sont suspendus
Résidents, résidents de la république
Où le rose a des reflets de bleu
Résidents, résidents de la république
Chérie, des atomes, fais ce que tu veux...

Alain Bashung

Posté par luz2009 à 13:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur ...

    Fan encore et encore, on ne se lasse pas de ses mots qui claquent, sur les notes qui s'entrechoquent. Tu as raison, il mérite les hommages, encore et encore. Bises

    Posté par bougrenette, 05 mars 2009 à 11:09 | | Répondre
Nouveau commentaire